News

Entry 32086

Entry 32086

C’est la journée internationale pour la prévention des abus faits aux enfants. L’occasion de rappeler que ce fléau est bien souvent vecteur de disparitions.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pandémie actuelle n’a pas suscité une baisse des disparitions. Au contraire, le nombre de fugues est en augmentation.

Confinement et mesures obligent, certains enfants et adolescents, victimes de maltraitance, se voient contraints de passer davantage de temps à leur domicile dans des conditions difficiles. Un contexte qui pousse ces mineurs à prendre la fuite, se retrouvant ainsi dans une situation d’extrême vulnérabilité.

En 2019 déjà, nos homologues de Missing Children Europe recensaient que 68% des cas de disparition impliquant des abus et/ou de la violence en Europe étaient des cas de fugue. La violence physique et émotionnelle au sein de la famille se présentait alors comme la cause la plus courante de ces disparitions.

Il en va de même pour les mineurs non-accompagnés. Issus de la migration, ces derniers sont plus que vulnérables aux abus, au travail forcé et à l’exploitation sexuelle. Parmi ces mineurs, ceux qui ont été portés disparus ne sont, la plupart du temps, jamais retrouvés.

Et nous n’oublions pas les silencieux. Ceux qui n’ont pas disparu mais qui souffrent sans rien dire. Ceux qui subissent dans l’anonymat le plus complet.

La période que nous traversons n’est évidemment facile pour personne et nous avons tous des difficultés à surmonter. Mais en cette journée de prévention, ayons une petite pensée pour ces enfants et adolescents qui ont plus que besoin de notre soutien.

Merci pour eux